Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
Le bel équilibre de Serge Postigo

Quand Serge Postigo dit qu'il connaît en ce moment la période la plus calme de sa carrière, j'avoue avoir de la difficulté à le croire. C'est qu'il reprend ses nombreux personnages dans Le Mystère d'Irma Vep au Monument-National, du 24 mai au 3 juin. Puis, pendant tout l'été, il fera partie de la distribution de Fausses Rumeurs avec sa compagne de vie, Marina Orsini, au Théâtre des Grands Chênes, à Kingsey Falls. Ajoutez à cela le tournage, à Montréal et à New York, d'une série télévisée sur les comédies musicales pour ARTV et le lancement du film Duo, dont il est l'un des principaux interprètes, le 12 juin.

«Dans mes premières années de métier, c'était bien pire. Je jouais dans deux ou trois pièces de théâtre par année et, à la télé, je participais régulièrement aux émissions Watatatow, Urgence, Scoop, Les Grands Procès, en plus du doublage et d'autres engagements. À l'époque, je ne savais pas dire non et je gérais mal ma vie. Aujourd'hui, je travaille mieux, je choisis mes rôles et, pour protéger ma vie familiale, je refuse même des rôles que j'aimerais jouer. Le théâtre, c'est ma passion et je ne compte pas les heures.»

Et c'est sûrement parce qu'il est généreux dans la vie et sur scène que Serge Postigo a accepté l'immense rôle qu'on lui a proposé dans Le Mystère d'Irma Vep. Présentée pour la première fois au Festival Juste pour rire en 2004, cette pièce loufoque de Charles Ludlam a attiré plus de 65 000 spectateurs en une centaine de représentations au Québec. En compagnie d'Éric Bernier, Postigo interprète huit personnages dans cette oeuvre gothico-ridiculo-kitsch qui a fait crouler de rire tous les publics. «Au début, poursuit Postigo, on pensait donner un spectacle underground qui allait rejoindre un public assez restreint. On s'est installés au Théâtre National, dans le quartier gai, et on a réduit la salle à 400 places. On brisait les barrières théâtrales et on s'attendait à des réactions mitigées. Mais, contrairement à ce qu'on croyait, ce spectacle plaît à tout le monde. Il fait appel à l'enfant en soi et les gens, de quelque niveau intellectuel qu'ils soient, rient aux mêmes endroits. Et pourtant, on va loin, très loin dans Le Mystère d'Irma Vep. J'ai joué dans Ladies Night et Grease, et j'ai constaté que, après 30 ou 40 représentations, il fallait trouver un deuxième souffle pour continuer à jouer et éviter que le spectacle devienne une routine. Mais ce n'est pas le cas du Mystère d'Irma Vep. Le jour d'une représentation, à 17 h, je trépigne déjà. Je perds cinq livres à chacune des représentations, je bois quatre litres d'eau et je ne pense à rien d'autre qu'à la pièce quand je suis sur scène. Éric et moi, on ne voit pas le jour où on va se tanner de ce spectacle. C'est tellement exigeant à tous les égards que si l'un des membres de l'équipe technique ne se présente pas avant la représentation, on annule. Personne n'est remplaçable au pied levé.»

On n'a dit que du bien de cette histoire. Elle se situe au carrefour de références culturelles bien de chez nous et des histoires d'horreur de série B, avec ses loups-garous, princesse momifiée et mauvais augures dans un climat d'une totale absurdité. On ne verra pas cette pièce après la dernière représentation, qui aura lieu le 3 juin puisque Postigo doit jouer à Kingsey Falls, mais il a confié que plusieurs diffuseurs avaient réclamé cette comédie pour l'an prochain.

D'ici là, le comédien doit vivre une autre aventure assez particulière. Depuis six ou sept ans, Serge Postigo et Marina Orsini ont pris l'habitude de fraterniser et de célébrer le Nouvel An avec d'autres couples de comédiens dans une grande maison de campagne en Estrie. On a souvent voulu réunir tous ces couples dans une comédie estivale présentée au Théâtre des Grands Chênes, à Kingsey Falls. Le projet se concrétisera cet été: André Robitaille, Martine Franck, Violette Chauveau, Normand Chouinard, Marcel Leboeuf, Lise Martin, Félix Beaulieu Duschesneau et le couple Postigo-Orsinise se retrouveront sur scène dans Fausses Rumeurs, de Neil Simon. «Dans la vie, les comédiens forment de vrais couples, mais on a fait exprès de les briser pour rendre le spectacle plus intéressant. Marina se retrouve donc avec André Robitaille, et je serai avec Violette Chauveau. Avec 10 comédiens sur scène, ce sera la plus grosse distribution de l'histoire duThéâtre des Grands Chênes», note Postigo.

Ce sera également la première fois qu'autant de couples dans la vie se retrouvent sur la même scène au théâtre. Est-ce vraiment un avantage pour la vie de couple?

«Pas nécessairement, répond le conjoint de Marina Orsini. Quand on suit un cours de danse avec une partenaire étrangère qui nous marche sur les pieds à quelques reprises, on est plus tolérant et respectueux. Avec sa conjointe, on est beaucoup moins patient. Heureusement, j'ai connu Marina alors qu'on travaillait ensemble dans Urgence à la télé, et je dois dire qu'on travaille merveilleusement ensemble. On n'a jamais eu de problèmes dans Grease et il n'y en aura pas cet été?»

Après 10 ans de vie commune, Serge et Marina ont fini par se ressembler même physiquement. Même métier, même conception de la vie, même générosité qui se manifeste dans leur engagement dans des organismes à caractère social. «Lorsqu'on s'engage avec quelqu'un, on accepte de lui faire une place en soi, de lui ressembler malgré soi, sans perdre pour autant sa personnalité. C'est ce que je vis dans le privé, mais je n'ai jamais voulu cultiver l'image publique de notre couple. Jamais nous n'avons voulu accorder une entrevue ensemble. Jamais je n'ai reçu un photographe chez moi et jamais notre fils de 3 ans et 8 mois, Thomas, ne nous accompagne sur la place publique.»

Serge Postigo a appris avec le temps à protéger sa vie de famille et à mieux gérer sa carrière. À 37 ans, il semble avoir trouvé un bel équilibre de vie entre le théâtre, le cinéma, la famille et les rénovations de sa maison de campagne, une autre de ses passions.


Source: La Presse sur Cyberpresse.ca - Auteur: Jean Beaunoyer
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.