Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
Du théâtre audacieux au Festival Juste pour rire

Le volet théâtre du Festival Juste pour rire, permettra aux festivaliers d'assister à trois pièces audacieuses, éclatées, marginales, qui ne laisseront personne indifférent l'été prochain. Du grand théâtre avec d'excellents comédiens dont Marc Labrèche, Louise Marleau, Serge Postigo, Nicole Leblanc, Geneviève Rioux pour ne nommer que ceux-là.

Des pièces qui ont déjà enchanté le public québécois comme ce fut le cas de Variations sur un temps de David Ives qui avait été présentée au Théâtre de Quat'Sous en 1996, avec Marc Labrèche, époustouflant dans l'un des principaux rôles. Il revient à la scène en compagnie d'Élise Guilbault, Éric Forget, Anne Dorval, James Hyndman et Marika Lhoumeau.

Labrèche n'était pas présent à la conférence de presse, hier, au Musée Juste pour rire, mais le metteur en scène Pierre Bernard a présenté les autres comédiens de la distribution ainsi que Frédéric Blanchette, le co-metteur en scène qui a vainement tenté de nous raconter cette comédie totalement absurde qui traite de l'amour, du langage et de l'étrangeté. L'amour pendant une partie de mini-golf, une variation sur la mort de Trotski, la musique de Philippe Glass en mots et en bouche à la boulangerie...Vous voyez le genre. Cette comédie de l'Américain David Ives sera présentée à la Maison Théâtre à compter du 22 juin.

Les Monologues du vagin

Denise Filiatrault demeure fidèle au Festival Juste pour rire et ose nous proposer cette année, une nouvelle mise en scène de la fameuse pièce de Eve Ensler, déjà traduite en 22 langues, Les Monologues du vagin sur la grande scène du théâtre Saint-Denis 2, rien de moins. Sandra Dumaresq, Nicole Leblanc, Louise Marleau et Geneviève Rioux viendront nous parler du... grand V. C'est ainsi qu'elle nous a présenté la chose, hier. Et, fait étonnant, c'est Louise Marleau qui signe la traduction.

« J'ai adoré, confie-t-elle, et il n'est pas impossible que je répète l'expérience. Il faut croire que je vieillis et que, dans les prochaines années, j'aurai moins envie de monter sur scène et de me défoncer à chaque soir. En plus d'écrire, je ferai une première mise en scène pour l'Opéra de Québec avec Manon de Massenet. Je ne me retire pas de la scène, mais j'ai envie de vivre d'autres expériences. Il faut dire que je suis allée à la limite de ce que je pouvais faire sur scène dans Les Leçons de Maria Callas. Et je croyais bien avoir mérité un Masque. » À mon avis, elle le méritait amplement après avoir donné la plus belle performance de sa carrière.

Bon! Revenons à la reprise des Monologues du vagin, une pièce qui avait été présentée à Montréal, il y a près de deux ans. Louise Marleau en était. « À 10 jours de la présentation de la première, on nous avait demandé de traduire la pièce. Cette fois, j'avais tout mon temps pour le faire et on a ajouté des éléments nouveaux », précise Louise Marleau qui a travaillé à la traduction de la pièce dans sa nouvelle maison en Guadeloupe.

La troisième pièce du Festival Juste pour rire, Le Mystère d'Irma Vep nous fera frissonner de rire, si j'ai bien compris. Cette oeuvre gothico-ridiculo-kitsch de Charles.

Ludlam, mise en scène par Martin Faucher, nous raconte une histoire d'horreur de série B où domestiques, loups-garous, fantômes, égyptologues, nobles d'Angleterre se rencontrent dans un mystérieux manoir. Serge Postigo et Éric Bernier interpréteront tous les rôles. On nous promet d'ailleurs des métamorphoses quasi instantanées des comédiens et des décors de sombres nuits d'orage qui ajoutent au caractère absurde et rocambolesque de la pièce. Présentée au Théâtre National à compter du 29 juin, Le Mystère d'Irma Vep, anagramme du mot vampire, pourrait être la surprise de la 14e saison déjà du Théâtre du Festival Juste pour rire.


Source: Cyberprese.ca - Auteur: Jean Beaunoyer
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.