Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
Quand l'amour frappe à notre boîte aux lettres…

La littérature est remplie de magnifiques écrits sur l'amour, mais les lettres passionnées envoyées par des amants-écrivains célèbres restent une valeur sûre de la passion amoureuse. C'est ce que Marina Orsini et Serge Postigo ont présenté lors du spectacle Les plus belles lettres d'amour de la série Contexte.

Quand les hommes vivront d'amour… C'est sur l'air de cette célèbre chanson de Raymond Lévesque que Serge Postigo et Marina Orsini arrivent sur scène. Armé de textes enflammés tirés du recueil Les plus belles lettres d'amour de Madeleine Chapsal et offert par les Correspondances d'Eastman, le couple s'échange la passion amoureuse par des regards sensuels, des gestes subtils, mais surtout par des mots. Ils lisaient ainsi les correspondances amoureuses de Juliette Drouet et Victor Hugo, Alfred de Musset et George Sand, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Jean Cocteau et Jean Marais, pour ne nommer que ceux-là. Il aurait fallu être en couple et se regarder yeux dans les yeux afin de célébrer pleinement cet hymne à l'amour qui traverse les âges…

La mise en scène sobre avec quatre lutrins et quelques déplacements, misant ainsi sur la force des textes plutôt que sur la théâtralité de ceux-ci, a été assurée par Johanne Seymour. Entrecoupés de quelques chansons dont Tue-moi de Dan Bigras, les textes passionnels ont été présentés dans un auditorium Joseph-Lavergne de la Bibliothèque Gabrielle-Roy bondé d'un public adulte, dont la moyenne d'âge devait se situer dans la quarantaine.

Pour conclure le spectacle, Serge Postigo a lancé, après avoir chanté un peu de Tu m'aimes-tu de Richard Desjardins: «Tu m'aimes-tu? Bien écris-le moi…» Alors amoureux, amoureuses à vos papiers et crayons et en cette journée de la St-Valentin, écrivez-nous l'amour avec un grand A…

Source: Le site d'Impact Campus - Auteur: Valérie Côté
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.