Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
Critique Ma vie en cinémascope

Le film consacré à la vie d'Alys Robi a dépassé le cap des deux millions de recettes à sa quatrième semaine de diffusion. Par opposition, la mégaproduction Nouvelle-France, de Jean Beaudin, n'a récolté que 1 815 763 $ après huit semaines. La critique de Michel Coulombe.Alys, Denise et Pascale. Un film et la rencontre de trois femmes. Prenant son sujet à bras-le-corps, l'histoire à la fois d'une réussite exceptionnelle et d'un destin tragique, Denise Filiatrault installe un réseau de correspondances entre différentes périodes de la vie de la chanteuse Alys Robi, gloire des années 40. Une vie de contrastes. D'un côté le satin, les fourrures, les bijoux, les paillettes, de l'autre le crâne rasé, la froideur clinique, les hurlements, la lobotomie. Entre ces représentations du ciel et de l'enfer, la scène et l'institut psychiatrique, la religion occupe une place de premier plan, obsédante. Prières, chemin de croix, sermon, confessionnal. Le Québec des années noires.

Nerveux, rythmé, efficace

Loin de la linéarité et, surtout, de la très mince trame dramatique de C't'à ton tour Laura Cadieux, ses débuts à la réalisation, Filiatrault offre ici, et de loin, son meilleur film. Le montage, signé Yvann Thibodeau, est nerveux. Les scènes sont brèves et les ellipses efficaces. Le film est construit autour d'association d'images qui relient par exemple les premières règles de la jeune fille à la table d'opération qui bouleversera le cours de sa vie. Tout cela contribue à donner du rythme au film. Il apparaît vite évident que la réalisatrice aime et comprend son personnage, à qui elle a déjà consacré une série télévisée. Contre toute attente, loin de dresser le portrait lisse d'une martyre, elle accepte d'en montrer certains aspects plus sombres.

À couper le souffle!

Pascale Bussières offre une performance à couper le souffle. Elle rend avec un bonheur égal la détermination, la sensualité et la folie d'Alys Robi. À des lieues de son image de jeune femme moderne, elle chante, charme, ondule et chaloupe sous les projecteurs. Et, lorsqu'il lui faut sombrer dans la démence, elle impressionne plus que jamais, tour à tour brisée, vulnérable et explosive. Bussières est entourée d'une impeccable distribution, où il fait plaisir de découvrir Serge Postigo dans le rôle d'Olivier Guimond, Chantal Baril en Juliette Pétrie et Denis Bernard en Lucio Agostini. On peut parier qu'on ira nombreux la voir chanter et souffrir au cours des prochaines semaines pour revivre avec elle la chute d'une idole et partager l'impuissance des siens. Ma vie en cinémascope a tout d'un grand film populaire.

4 étoiles = très bon

Source: Radio-Canada
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.