Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
De grandes pièces pour la prochaine saison du TNM

Quelques heures après que la directrice artistique et générale du TNM, Lorraine Pintal, eut dévoilé mercredi la 59e programmation du théâtre situé au coeur du Quartier des spectacles, on apprenait qu'à trois semaines de la première de la pièce Et Vian! dans la gueule, en raison d'ennuis de santé, Pierre Lebeau, qui devait revêtir les habits du général James Audubon Wilson de la Pétardière-Frenouillou, sera remplacé par Marc Béland, qui viendra clore l'actuelle saison.

La prochaine saison du TNM débutera d'ailleurs dans un délire de force, de sexe et d'humour avec la présentation de L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht, le 28 septembre. Rien de moins.

Avec vingt et un acteurs-chanteurs dirigés par Robert Bellefeuille et Pierre Benoît aux arrangements et à la direction musicale, la plus célèbre comédie musicale du 20e siècle, composée par Kurt Weill, n'aurait pas pu trouver une résonance aussi importante en ce nouveau millénaire tissé de scandales politiques, de fraudes financières et d'escrocs déguisés en dirigeants d'entreprise...

« Tout sera joué dans la simplicité et l'évocation et ce ne sera pas une relecture », a assuré Pierre Benoît, qui a travaillé de concert avec René-Daniel Dubois, qui signe la traduction française. C'est Serge Postigo qui a hérité du rôle de Mac the Knife, tandis que Paul Savoie, Danielle Proulx et Émilie Bibeau feront partie de la famille Peachum.

Cette dernière actrice aura d'ailleurs une saison imposante puisqu'elle incarnera aussi Ophélie dans Hamlet, présenté en mars sur la même scène dans une traduction de Jean Marc Dalpé. Marc Béland, qui avait joué le prince du Danemark au même endroit en 1990, a pris les rênes à la mise en scène et a choisi Benoît McGinnis pour le rôle-titre. Quatorze acteurs prendront part à cet univers shakespearien dans lequel il est question d'usurpation du trône, de liens filiaux, de trahison...

Autre grand classique, La Belle et la Bête, un conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, dont le thème appartient au folklore universel et dont s'est le plus inspiré Jean Cocteau pour faire son célèbre film, a été repensé dans une version contemporaine par le duo Michel Lemieux et Victor Pilon, véritables dieux du numérique qui avaient créé La Tempête de Shakespeare en 2005. Bénédicte Décary et François Papineau, comédiens auxquels les abonnés du TNM se sont attachés, promettent d'être saisissants aux côtés d'une Andrée Lachapelle qui deviendra du 18 janvier au 12 février une éditrice au sens de l'humour particulier.

L'impact de cette célèbre histoire que Walt Disney a reprise et transformée reste pertinent avec ce paradoxe beauté et laideur présent en chacun de nous, toutes générations et époques confondues. Lemieux et Pilon ont confié l'écriture du texte à Sébastien Harrisson, auteur en résidence au TNM. Comme ce sera le cas pour La Déraison d'amour, des dates de tournée du Québec ont été annoncées.

Redécouvrir Yasmina Reza

Avant cette création d'envergure, de la mi-novembre à la mi-décembre, Le Dieu du carnage de Yasmina Reza, un texte peu connu de l'auteure française et pour lequel a craqué Lorraine Pintal qui, après le Huis clos de cette saison, dirige à nouveau quatre personnages interprétés par Anne-Marie Cadieux, Christiane Pasquier, James Hyndman et Guy Nadon.

« C'est un phénomène féminin de la littérature, elle a une plume acerbe, ses textes sont dotés d'humour et de rythme. Je me disais que c'était le temps de la monter, qu'il fallait que ça se fasse maintenant », explique la directrice artistique et générale, qui a rappelé que cette histoire était un peu celle du déclin de l'empire occidental et de nos beaux idéaux sociaux.

Quatre autres personnages importants de la dramaturgie contemporaine renaissent encore et encore dans À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, écrite par Michel Tremblay il y a 40 ans et, selon plusieurs, la plus importante de ses pièces...

Travaillant plus à Québec qu'à Montréal, c'est Gill Champagne qui en fera la mise en scène. « C'est le premier texte de théâtre que j'ai été obligé de lire et ça m'avait foudroyé cette charge sur la mémoire, la temporalité, l'idée de s'accrocher à nos morts », a-t-il expliqué.

Si Tremblay est au Québec ce que Goldoni est à l'Italie, vous serez peut-être curieux d'assister cet automne, du 22 au 26 septembre, à Trilogia Della Villeggiatura du Piccolo Teatro de Milan, une des plus prestigieuses compagnies théâtrales d'Italie. Dirigés par Toni Servillo, quinze des plus grands acteurs du théâtre et du cinéma italiens seront à Montréal du 22 au 26 septembre, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, dans une présentation TNM/PdA.

En grande amoureuse de l'Italie, Lorraine Pintal n'avait d'ailleurs que des éloges à faire concernant cette troupe, son inventivité et sa chaleur idéale pour prolonger un peu l'odeur des vacances estivales, pour donner envie de cet Opéra de quat'sous aussi.


Source: Rue Frontenac - Auteur: Claudia Larochelle
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.