Actualités Biographie Carrière Presse Photos Multimédia Contact
 

Rien à l'horaire présentement


Facebook   Wikipédia
Deux gars, une fille

Le réalisateur des Mademoiselle C. (La Mystérieuse et L’Incomparable) craignait l’étiquette cinéaste pour enfants, alors il s’est lancé avec plaisir dans la comédie romantique avec Duo, qui prendra l’affiche la semaine prochaine.

Avec plaisir donc, mais aussi en se lançant un défi. « J’avais la volonté de rendre plus masculin le film de femmes. Je ne voulais pas qu’on s’éternise sur la romance. On n’a pas besoin de “beurrer” à l’américaine », dit-il.

Pour faire contrepoids à la romance, Richard Ciupka a cherché à bien installer le problème psychologique sérieux que vit le chanteur Francis Roy (Serge Postigo), courtisé par deux agents d’artistes (Anick Lemay et François Massicotte) qui tentent de le convaincre de sortir de sa retraite charlevoisienne pour remonter sur la scène.

L’autre élément qu’il a opposé au romantisme, est l’humour absurde, plus susceptible de plaire à un certain public masculin. On y voit, par exemple, l’organisateur d’un festival de la chanson de Charlevoix mettre gaiement ses deux pieds dans la merde avant d’aller accueillir une fonctionnaire... « On n’ira pas à Cannes avec ça, le but, c’est de divertir le monde de façon élégante. Il y a deux, trois scènes qui sont un peu grosses, mais le jeu des comédiens ne l’est pas du tout. »

Les comédiens parviennent en effet à rendre leurs personnages attachants, à commencer par la belle Anick Lemay, qui n’a probablement jamais été aussi bien filmée.

Le compliment la surprend ; elle était malade au moment du tournage. Rien n’y paraît. Le rôle de Pascale, agente d’artistes au bord de la faillite qui vient de se faire larguer par son chanteur-vedette et amant, lui est arrivé comme un cadeau : elle adore les comédies romantiques.

« C’est simple, c’est charmant, ça me fait sourire. C’est un coup de fraîcheur », dit la sympathique comédienne.

Elle a voulu donner à son personnage un petit travers qui ferait son charme, un côté soupe au lait. Tout ça s’est précisé au fil des auditions. Car, si Anick Lemay a reçu le scénario en cadeau, il a fallu chercher longtemps pour trouver ses partenaires masculins.

« On a fait la ville au complet pour trouver Jules (l’argent d’artistes) et Francis (le chanteur). On ne trouvait pas nos amis ! »

Richard Ciupka s’est battu pour imposer François Massicotte dans le rôle de Jules et c’est à l’audition qu’il est parvenu à convaincre la production.

« Il s’est avéré une grande découverte, affirme Anick Lemay. Je me disais qu’un humoriste, ça allait prendre bien trop de place. Mais il est arrivé ouvert, il était comme une éponge. Son jeu est fin et touchant, il ne fait pas la machine à jokes. »

Crises d’angoisse

Quant à Serge Postigo, le réalisateur ne voulait même pas le recevoir en audition, tellement il n’y croyait pas. « Je l’avais vu la tête rasée dans Irma Vep et moi, je voulais que tout le monde tombe amoureux de son personnage. Finalement, je l’ai vu en casting et je suis tombé en amour avec la façon dont il jouait le personnage. Je l’ai amené chez le perruquier et j’ai vu Francis ! »

Serge Postigo ne connaît pas beaucoup le milieu de la chanson, mais ce qui l’a toujours intrigué, c’est l’armada de gens qui gravitent autour d’un chanteur et qui contrôlent son image.

« Francis finit par croire ce que les gens disent de lui. Il s’est façonné à l’image qu’on lui renvoie et, un jour, il ne s’est pas reconnu dans le miroir et s’est mis à faire des crises d’angoisse. »

Pour la première fois, le comédien a abordé son personnage par l’extérieur, par son allure. Et il a tenté de comprendre ce que signifiait l’attention portée à son image.

S’il a eu envie de jouer dans Duo, c’est surtout parce qu’il aimait son personnage. Le résultat est léger ? Oui, mais pourquoi pas ? « On ne peut pas juste avoir des Dimanche à Kigali. Un cinéma en santé est un cinéma diversifié. »


Source: Le Soleil - Auteur: Valérie Lesage
Copyright © 2001-2014 Arania De Tharyas. Tous droits réservés.